Ultimatum au camping – Prologue

Cela fait maintenant près de trois ans que Julien ne touche plus son épouse. Les ébats des premiers temps se sont espacés. Il se souvenait d’une fois, quelque mois après le mariage, où ils avaient passé un week-end au lit. Rien que d’y penser, il se sentait nostalgique. A deux doigts d’être excité.

Ce n’est pas l’envie qui lui manquait, mais ses approches sans cesse repoussées avait fini par le convaincre de ne plus rien tenter avec Isabelle. Il y avait bien eu une fois l’année précédente, où elle avait cédé à ses avances, alors qu’il n’y croyait plus. Ils avaient fini nus sur le lit, et après qu’il ait réchauffé seul l’ambiance, elle s’était allongée sur le dos, les jambes écartées, attendant que ça se passe. C’était tellement différent de ce qu’il aurait voulu, qu’il avait craqué, et n’avait pas réussi à lui faire l’amour.

Le temps passait, et leurs rapports changeaient. Julien n’était plus aussi svelte, la brioche était depuis longtemps apparue. Ses cheveux se clairsemaient, mais dans l’ensemble, il était plutôt content de lui. Il devrait peut être faire un peu plus de sport pour être en meilleure forme, et que cela se voit.

Isabelle n’était plus la même non plus: physiquement, elle était toujours jolie, et désirable de l’avis de Julien. Elle n’était pas parfaite, et ne collait pas aux canons de beauté dictés par la presse féminine. Mais son ventre était à peu près plat, ses seins étaient fermes. Pour Julien, qui avait toujours voué une adoration à ses fesses, il n’avait rien à redire sur son corps.

Depuis plusieurs mois, la situation n’évoluait plus. Il avait le sentiment d’être en manque. Il avait beau passer ses soirées à regarder des pornos sur internet, se masturber… il avait des envies de plus en plus fortes. Au début, il avait rêvé de la prendre sauvagement contre un mur, à plusieurs, attachée. Voire même parfois de l’emmener dans un donjon et de lui faire subir des choses qu’elle avait toujours refusé de faire, et la liste était longue. Tout ce qu’il voyait dans les vidéos devenait un fantasme. Avec le temps, il s’imaginait simplement lui faisant l’amour, tendrement, dans un lit à baldaquins, comme un fantasme qu’il ne concrétiserait jamais.

Il était une cocotte minute sous pression, et quand il était à bout, il devenait irascible. Ses colères devenaient plus fréquentes avec le temps, et plus violentes. Il n’avait jamais levé la main sur elle, à part pour une fessée quelques années avant. Mais Julien se reprochait ses colères, même si Isabelle ne disait rien à ce sujet. Il analysait l’évolution de sa vie de couple, et voyait ce déclin d’un mauvais œil. Il savait qu’il finirait par craquer. Soit en divorçant, soit en allant voir ailleurs. Mais il n’arrivait pas à se décider. Il se disait toujours que ça allait aller mieux. Qu’elle et lui finiraient par redevenir amants comme avant, et qu’ils pourraient à nouveau être heureux tous les deux.

En juillet, pendant qu’ils préparaient les vacances, il pris sa décision. Il allait lui poser un ultimatum. Soit elle couchait avec lui, en y mettant tout son cœur. Soit il la quitterait. Il lui laisserait jusqu’à la fin des vacances : elle aurait le temps de se faire une raison. Il ne lui restait qu’à trouver le meilleur moment pour lui annoncer cette grande nouvelle. Il hésitait : lui dire avant le départ pourrait l’aider à y arriver. Lui dire une fois sur place lui forcerait un peu plus la main.

Le week-end précédent le départ, après une semaine des plus compliquées au travail, il avait passé une soirée terrible. De celles où il avait besoin de beaucoup de pornos et de masturbation pour réussir à penser à autre choses qu’au sexe. Pendant qu’ils commençaient à faire la liste de ce qu’il fallait emmener au camping, il s’amusa a compléter la liste avec des choses explicites : préservatifs, lubrifiant…

  • « Ah, mais t’es chiant, arrête avec tes bêtises. »
  • « Pourquoi, on pourrait avoir envie là bas. »
  • « Parle pour toi. »
  • « Ecoute, chérie. Ça fait si longtemps. J’ai toujours envie de toi tu sais. »
  • « Je sais, depuis quelques temps, il se passe pas une journée sans que tu essaies de me mettre la main au cul ou de me voire nue. »
  • « Tu as remarqué ? Tu étais distante, j’ai cru que non. »
  • « Évidemment que j’ai remarqué ! »
  • « Pour être clair, j’ai envie de sexe. Si ce n’est pas avec toi, j’irais voir ailleurs. »
  • « Quoi ? »
  • « Tu me connais, je ne te tromperais pas. Je divorcerais avant. »
  • « Mais… qu’est ce que tu veux dire ? »
  • « Je te laisse le choix. Soit on couche ensemble avant le retour de nos vacances. Soit je te quitte pour m’épanouir avec d’autres femmes. »

Le silence qui avait suivi avait été si pesant que Julien avait peur de racler sa gorge nouée. Il voulait lui dire qu’il l’aimait, mais il ne savait plus comment lui dire depuis longtemps.

Isabelle n’avait pas dit un mot ce soir là, ruminant sans doute ce qu’il lui avait dit. Elle s’était couchée tôt, comme d’habitude, bien avant que lui ne sente le sommeil arriver.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s