Sex-friend, et plus si affinités – 23 : Courbatures

Liste des chapitres disponibles

Homme embrassant la cuisse d'une femme

Je me réveille, l’esprit embrumé. Je mets un moment à réaliser que je ne suis pas seul dans mon lit. Et encore plus à réaliser qu’il s’agit d’Alexandra et pas de Sophie. Je réalise alors que j’ai mal au bas ventre : comme après chaque réveil, mon sexe est gonflé. Mais pour la première fois, il ne peut pas prendre ses aises, remplissant la cage offerte le matin même.

C’est à la fois excitant et frustrant de bander sans pouvoir bander. L’odeur des cheveux d’Alexandra, son corps chaud contre le mien, la cage qui me serre : mon excitation est à son comble.

Machinalement, j’attrape mon téléphone en bougeant le moins possible pour regarder l’heure. Onze heures : je comprends pourquoi j’ai faim. Je lis le message de Sophie : “Interdiction de bander : tu dois te reposer. Chaque fois que seras serré dans ta cage, tu seras puni, avec obligation de faire jouir Alex avec ta langue. Interdiction de jouir, ou d’utiliser tes doigts.”

Lire la suite

Publicités

Sex-friend, et plus si affinités – 22 : Repos forcé

Liste des chapitres disponibles

Oeil d'une femme endormieLe lendemain matin, je me réveille difficilement. Je suis seul dans mon lit, et la lumière qui filtre dans ma chambre me fait savoir que j’ai dormi tard. Sophie a dû désactiver mon réveil pendant mon sommeil. Pour m’obliger à émerger, je m’assieds au bord du lit, et je m’étire, mais cela ne suffit pas.

Quelques minutes plus tard, Sophie arrive au moment où j’ai la bouche grande ouverte, en train de bailler de tout mon corps. Je lui souris, et je la remercie. Pendant qu’elle pose son sac en papier sur mon bureau, elle me dit que ce n’est pas grave, mais que je vais rester à me reposer pendant trois jours dans ma chambre. Pour rendre cet enfermement utile, elle va s’occuper personnellement de mon cas, mais après la douche. Elle m’envoie me laver, j’obéis, comme un automate.

Lire la suite

Sex-friend, et plus si affinités – 21 : Infirmière

Liste des chapitres disponibles

Infirmière en lingerie sexy

Après avoir attendu longtemps dans le froid, nous pouvons enfin rentrer au chaud. Je préviens Sophie par SMS, mais je n’ai pas de réponses. Je suis impatient devant mon téléphone, je trépigne en imaginant la photo promise.. Ma main posée sur mon entrejambe, je me souviens des événements de la soirée.

Longtemps après, je ne tiens plus, et je m’endors sur mon lit, le téléphone à la main. Je me réveille en sursaut quand il vibre. Sophie s’excuse de ne pas avoir envoyé la photo : elle s’est endormie.

Lire la suite

Sex-friend, et plus si affinités – 20 : Jeux de mains

Liste des chapitres disponibles

Femme tapant un sextoLes jours suivants, j’ai du mal à redescendre sur terre. Tous les soirs, dans ma chambre, j’échange des textos avec Sophie. Rapidement, ce sont des sextos qui m’excitent au plus haut point. Encore timide, je n’ose pas demander de photos, et elle ne prends pas les devants. Je me contente donc de ses textes très appétissants, des descriptions de ses tenues, de ses phrases qui marquent mon esprit, alimentent mes fantasmes et m’empêche de dormir.

Certains soirs, Alexandra et Céline viennent papoter dans ma chambre, et tentent de voir mon téléphone pendant que je réponds à Sophie. Je prends alors bien soin de tourner l’écran pour que personne ne puisse lire nos échanges. Une soir où Chloé est là, elles papotent entre elles pendant que je suis occupé : Sophie me demande de lui décrire les sensations de chaleur sur mon sexe pendant la fellation. Les souvenirs me prennent aux tripes, et je mets un bon moment à lui répondre. Je me rends compte que les filles me regardent en silence au bout d’un long moment.

Lire la suite

Sex-friend, et plus si affinités – 19 : On ne joue plus

Liste des chapitres disponibles

couple se tenant par la mainSophie me fait bouger, pour que je sois allongé sur le dos, nu entre elles trois, en plein milieu de lit. Elles commencent à papoter au dessus de moi comme si j’étais absent. Ou comme si j’étais un meuble sans intérêt. Elles choisissent toutes vérités, aucune ne prend action. Comme si elle attendait de savoir ce que Sophie avait derrière la tête.

Finalement, elle prend les choses en mains :

– “Céline, tu as un gage, tu tournes trop autour du pot.”
– “Hein ? Mais c’est pas juste.”
– “Alexandra, tu as un gage toi aussi, parce que j’ai envie que tu en aies un.”
– “Euh, c’est pas du jeu.”
– “On est chez moi, sur mon lit. Il y a un homme nu allongé, personne ne s’occupe de lui, au point qu’il ne bande même plus alors que trois jolies filles sont nues autour de lui.”

Je sens immédiatement les regards de Céline et Alex se poser sur moi, mais je ne quitte pas Sophie des yeux. J’attends les gages pour savoir ce que je vais devoir faire. J’adorerais qu’elle demande aux deux filles de me sucer ensemble en même temps et finir sur leurs seins.

Lire la suite

Sex-friend, et plus si affinités – 18 : Au bout de la nuit

Liste des chapitres disponibles

Bouches s'embrassant du bout des lèvres

Après un long silence, la partie reprend, et Céline est obligée d’avouer les positions qu’on a testé cet après-midi. Elle accepte de répondre, et avoue qu’on a regardé un film, qu’elle m’a fait un câlin sur l’épaule avant de s’endormir. Et que je n’ai même pas profité d’elle.

– “Attends, on arrange ça: assieds toi sur lui.”
– “C’est pas mon tour.”
– “C’est ton gage.”
– “Un gage ? J’ai choisi vérité et j’ai tout dit.”
– “Tu as pas donné de positions.”
– “Non, mais Céline a raison, on a juste dormi.”
– “Elle a un gage. Un point c’est tout. Ne pas répondre à la question mérite un gage”

Les filles se disputent gentiment. J’entends Céline crier de surprise au moment où elle se retrouve assise sur moi, me tombant lourdement dessus, ses fesses posées contre mon ventre, mon sexe tendu touchant sa peau.

Lire la suite

Sex-friend, et plus si affinités – 17 : La soirée dégénère

Liste des chapitres disponibles

Baiser de femmes

Les filles proposent de faire une pause, mais refusent toujours que j’enlève mon bandeau. J’entends des bruits que je n’identifie pas. Je sens des effleurements autour de moi. Quand on me prend la main, je sursaute. Je sens qu’on me met un verre dans la main, et je souris en trinquant avec les filles.

Être privé de la vue me perturbe énormément. J’ai du mal à savoir ce qu’elles font, excepté quand le geste fait du bruit. J’entends les bruits de verre, je reconnais des froissements de tissu, mais sans savoir d’où ils viennent. On discute tranquillement, mais j’écoute plus que je ne parle : j’ai besoin de toute mon attention pour les écouter. Les savoir à moitié nues à côté de moi a tendance à me déconcentrer.

Lire la suite