Sex-friend, et plus si affinités – 22 : Repos forcé

Liste des chapitres disponibles

Oeil d'une femme endormieLe lendemain matin, je me réveille difficilement. Je suis seul dans mon lit, et la lumière qui filtre dans ma chambre me fait savoir que j’ai dormi tard. Sophie a dû désactiver mon réveil pendant mon sommeil. Pour m’obliger à émerger, je m’assieds au bord du lit, et je m’étire, mais cela ne suffit pas.

Quelques minutes plus tard, Sophie arrive au moment où j’ai la bouche grande ouverte, en train de bailler de tout mon corps. Je lui souris, et je la remercie. Pendant qu’elle pose son sac en papier sur mon bureau, elle me dit que ce n’est pas grave, mais que je vais rester à me reposer pendant trois jours dans ma chambre. Pour rendre cet enfermement utile, elle va s’occuper personnellement de mon cas, mais après la douche. Elle m’envoie me laver, j’obéis, comme un automate.

Lire la suite

Publicités
En passant

Rêverie matinale

Femme allongée, profitant du moment pendant qu'un homme lèche son sexeCette nuit, j’ai fait un rêve érotique qui commençait bien. Nous étions nus tous les deux, en train de nous caresser. Tu m’as dit que tu étais prête. J’ai souris, je t’ai dit de t’allonger sur le lit. La lumière tamisée mettait tes courbes en valeur. J’ai tourné autour du lit, ma main effleurant par instant ta peau.

Arrivé devant mon étagère, j’ai pris la Boîte. Je ne l’ai pas sorti depuis longtemps. Tes yeux brillent quand je pose la boîte sur le lit. Tu pousses un long soupir. Tu me souris. tu fermes les yeux un instant, le temps de prendre une grande inspiration. J’ouvre la boîte, et je jettes un coup d’œil à l’intérieur. Je n’en ai pas besoin, mais je veux te faire languir un peu. Je sais exactement ce que je trouverais dans la boîte : je la range régulièrement pour que les accessoires dont j’ai envie soit au dessus, accessibles directement.

Je sors un bandeau, je monte sur le lit. Tu me vois approcher, tu soulèves ta tête pour me laisser de la place, et tes yeux sont bandés en un instant. Tu reposes ta tête. Tes dents mordillent ta lèvre inférieure. Je profite du spectacle, puis je sors une première corde de la boîte. Cela fait longtemps que je ne t’ai pas attaché. J’espère que je n’ai pas tout oublié ce que je sais sur le bondage. Je ne veux pas te faire mal, je veux juste t’immobiliser.

Lire la suite