Sex-friend, et plus si affinités – 24 : Vidéos pornos

Liste des chapitres disponibles

nyotaimori : sushi déposé sur la peauSophie prend son temps, fouille mon ordinateur. Elle semble à l’aise, pianote d’une main tout en utilisant son téléphone. Au bout d’un moment, elle pose son téléphone, et se concentre sur mon ordinateur. En tendant le cou, j’aperçois des écrans que je ne connais pas, sur mon propre ordinateur.

Lorsqu’elle a fini, elle se retourne, et me regarde, avant de prendre la parole :

– “Voila, j’ai commandé à manger. Ça arrive dans 15 minutes. J’ai envie de te voir nu, alors tu te déshabillera pour le repas”
– “Écoute Sophie, pour les vidéos, »
– “Peu importe si tu les regardais souvent ou pas, j’ai rien vu d’illégal. Par contre, tu ne pourras plus les voir : j’ai verrouillé les accès. Si tu es sage, un jour, je te rendrais peut-être une partie de ta collection. Et si tu es très sage, je t’ouvrirais la cage en même temps.”

Lire la suite

Publicités

Plan à trois

Deux femmes nues goutant le sexe d'un hommeUn soir, à la maison, tu as convaincu ma moitié de faire un truc différent d’un jeu de société pour changer. Quand je reviens après une courte absence, tu m’annonces que ma moitié veut devenir caudaliste. Sans savoir ce que c’est.

Tu me connais bien, alors tu me demandes d’aller chercher ce qu’il te faut. Je t’aide, me demandant quand ma moitié va râler, mais elle se laisse faire. Je ne sais pas si elle a trop bu ou si tu as été convaincante, mais elle se laisse docilement attacher sur une chaise.

Ensuite, tu me fais à mon tour m’asseoir sur une chaise, face à elle. Tu lances de la musique sur ton portable, et tu commences à danser entre nous, face à moi. Au début, je la regarde elle, mais elle semble subjuguée, alors je profites et je regarde tes courbes. Tu ondules ton bassin telle une danseuse du ventre, puis tu enlèves le haut, dévoilant un soutif en dentelle noire. Tu me tournes le dos, le temps de remuer tes fesses sous mon nez. Les mains posées sur les genoux de ma moitié, tes mouvements de cul font tout pour m’exciter.

Lire la suite

Étage 007 – Elle

Pantalon de yoga moulantCela fait plusieurs jours que la panne a eu lieu, et je n’ai pas revu mon sauveur. Je ne connais pas son nom, je ne peux donc pas le chercher facilement. Je prends donc l’ascenseur matin, midi et soir en espérant le croiser mais sans résultat pendant deux semaines.

Un matin, je le vois enfin, et j’essaie de me faufiler dans la cabine. Il discute avec un autre homme en costume dont la tête me dit quelque chose, et il n’a pas l’air content du tout. Avec le monde présent à ce moment là, je suis obligée de prendre l’ascenseur suivant, et je suis encore plus frustrée de ne pas avoir pu le voir plus longtemps.

Lire la suite

Étage 031 – Elle

Main d'homme glissée sous une jupe

Il est tard ce vendredi, deux hommes montent dans l’ascenseur.

– “Bon, alors, et cette petite blondinette, tu l’as pécho hier soir ?”
– “Non, elle était pas réceptive.”
– “Ou alors elle a pas compris.”
– “Écoute, ma main sur son cul, elle bougeait pour l’enlever.”
– “T’es pas assez direct.”
– “Non, je pense qu’elle est lesbienne, c’est tout.”
– “Mauvais perdant. Du coup, je vais la tenter celle là.”
– “Tu y arriveras pas. Je te dis qu’elle est frigide ou lesbienne.”
– “Je te parie une bière vendredi prochain que je l’aurais mise dans mon lit d’ici là.”
– “Mouais, t’es du genre à la payer pour coucher avec elle.”
– “Tu veux que je filme la soirée en caméra cachée pour te prouver que non ?”
– “Seulement si tu filmes la nuit aussi”

Lire la suite

Étage 004 – Lui

Blonde au yeux clairsCe midi, on déjeune entre collègues. Au retour, ça bouchonne un peu, on se sépare entre les ascenseurs. Pendant que je parle à la petite nouvelle, en stage depuis lundi, j’en profite pour admirer ses courbes en attendant l’ascenseur. J’entends les portes s’ouvrir, on avance doucement.

Pendant qu’elle regarde l’ascenseur devant nous, je la regarde elle : j’en profite pour glisser mes yeux dans son décolleté, elle ne peut pas me voir. Elle tend la main vers moi, mais je comprends trop tard. Je rentre dans une femme devant moi. Elle était penchée en train de ramasser quelque chose par terre. Mon bassin a percuté ses fesses sans retenue. Elle se rattrape de justesse, se redresse pendant que je m’excuse.

Lire la suite

Sex-friend, et plus si affinités – 10 : Mélancolie automnale

Liste des chapitres disponibles

Nuisette bleue sexy et moulante

Une semaine de vacances d’automne. Mon moral n’est pas fameux, mais j’aurais du temps pour me reposer, rattraper le retard dans mes cours. Pour ne pas m’ennuyer et avoir des pensées déprimantes, je remplis mon agenda de choses à faire.

Durant toute une après-midi, j’erre dans les rues de Lyon, découvrant les traboules lyonnaises, visitant mon quartier, à la recherche de bonnes adresses qui pourraient m’être utiles. M’installer avec mes parents au Canada ne me tente pas, il faut donc que j’envisage de trouver du travail aussitôt mes études terminées. Cela a le mérite de m’occuper l’esprit.

Lire la suite

Sex-friend, et plus si affinités – 9 : Les murs ont des oreilles

Liste des chapitres disponibles

Deux femmes sous la douche

Je passe une nuit agitée. En me réveillant, j’ai un drôle de goût dans la bouche. Et dans ma têtes, des images se bousculent. J’ai du mal à savoir si j’ai vraiment vu ce que j’ai vu, ou si c‘était un rêve. Je cherche une formulation pour demander à Alexandra ce qui s’est passé la veille, mais toutes mes idées me semblent hors normes, surtout si j’ai rêvé.

Le week-end commence, les couloirs de la résidence se vident. J’en profite pour me reposer, j’ai l’impression de dormir douze heures par nuit sans me reposer pour autant. Chaque nuit, mon esprit pervers imagine des choses dans mes rêves. Je me réveille chaque matin avec une gaule interminable, et j’ai de plus en plus de mal à débander. Le dimanche, je prend mon petit déjeuner à midi, et je décide de faire la sieste. Mais après une heure à essayer de penser à autre chose, je me fais une raison: j’ai trop d’images de sexe dans la tête. Je pose ma main sur mon sexe pendant que j’allume mon ordinateur, et je lance mes vidéos préférées.

Lire la suite