Sex-friend, et plus si affinités – 41 – Retour à la vie normale

Quelques jours plus tard, je sors de l’hôpital. Mes parents sont passés me voir en octobre, mais à part payer les factures, ils n’ont pas montré beaucoup d’intérêt pour moi. Cela ne m’étonne même pas. 

Sophie les a rencontrés, et ils ont négocié avec elle : toutes mes affaires ont été stockées chez elle pour libérer ma chambre et faire des économies. Du coup, j’emménage temporairement chez elle.

À mon arrivée, on discute tranquillement sur le canapé. Elle me propose une bière par habitude, mais hésite en se rendant compte de ce qu’elle fait. Mais je la refuse de toute façon. Ordre du médecin. Et je n’ai plus trop envie de boire d’alcool.

Elle m’avoue qu’elle est perdue aussi : on a dormi ensemble juste avant, et elle ne sait pas si je m’en souviens. Si je veux continuer. Ou tout arrêter.

Lire la suite

Sex-friend, et plus si affinités – 40 – Gueule de bois

Je me réveille avec un mal de tête carabiné. Il me faut quelques instants pour me rendre compte que ce n’est pas ma chambre. En fait, je ne sais pas où je suis. Quand une infirmière ouvre la porte, le bruit me fait sursauter. Elle regarde un dossier en allant voir à côté de mon lit. J’essaie de lui dire bonjour, mais ma bouche est pâteuse. Elle se tourne vers moi, ouvre de grands yeux. Et me dit de ne pas bouger avant que le médecin n’arrive, en sortant sur le champ dans le couloir prévenir une collègue.

Elle me surveille avec un drôle d’air. Le médecin arrive. Il est assez vieux, et lui demande de me faire boire le temps de vérifier mes constantes. Il ne trouve rien d’anormal, et commence à me parler.

– “Dormeur est réveillé. Vous avez inquiété tout le monde.”
– “Je crois que j’ai trop bu hier au bar”
– “Au bar ? mais.. sur le dossier, c’est écrit chez une amie”
– “Mais non, j’étais avec des connaissances de fac”

Lire la suite

Sex-friend, et plus si affinités – 39 – Soins particuliers

Je passe chez Sophie, récupérer son chargeur de téléphone, un bouquin dans son salon, comme elle m’a demandé. J’hésite, du coup je la sms savoir si elle veut autre chose.

– “Tu peux aller dans la commode de ma chambre, tiroir du haut, m’en faudrait 2. et des normales”

J’y vais, j’ouvre et je découvre son tiroir de lingerie. Elle parle de culottes ? je fouille, je découvre des jolies dentelles, des strings, mais je trouve aussi un tas au fond, des culottes en coton. Je lui amène tout ça à l’hôpital. Elle m’explique qu’elle a fait une rechute, et va finalement être traitée expérimentalement.

– “Une rechute ?” 

Je suis jaloux, et mon ton n’est pas très agréable lorsque je lui demande qui l’a fait jouir.

Lire la suite