Ultimatum au camping – 3

Julien respira à fond. Ce qui ne l’aida pas à se calmer : il sentit encore plus les seins de la jeune femme sur son torse. Elle le regardait tranquillement, comme si la décision n’avait pas d’impact sur elle.

Il se demanda ce qu’Isabelle avait derrière la tête. Mais elle lui avait clairement envoyé cette jeune femme, et en plus pour une fellation. Elle savait qu’il appréciait ça, mais elle ne lui en faisait presque jamais.

Il était à deux doigts de céder. Il se reprit au dernier moment :

  • « Comment je sais que tu es majeure ? »

Clémence se retourna, se pencha avec exagération sur la tablette, son maillot de bains séparant ses fesses en deux globes appétissants. Elle ouvrit sa sacoche, et en sortit son téléphone. Elle remua légèrement les fesses en tournant la tête vers Julien :

  • « La vue vaut le coup d’œil, non ? »

Sans s’offusquer de Julien qui avait admirer la vue l’espace d’un instant, elle ouvrit son téléphone, elle sortit sa carte d’identité et lui tendit, les deux mains jointes en avant faisant ressortir sa poitrine. Il regarda une seconde la carte, et vit qu’elle aurait 21 ans dans quelques jours. Il leva les yeux vers son visage, et resta bloqué.

Elle reprit sa carte, rangea ses affaires dans sa sacoche en lui plaçant à nouveau ses fesses aguicheuses sous le nez, et se retourna face à lui. Elle souriait.

Elle prit une grande inspiration, puis le poussa au fond de la cabine. Elle appuya sur le bouton, et l’eau chaude tomba sur eux. Elle tendit son visage vers le jet pendant que l’eau ruisselait sur sa peau. Elle resta sans bouger, les yeux fermés, la bouche entrouverte, pendant toute la durée du minuteur de la douche.

Julien en profita pleinement. Il n’osait pas la toucher, mais ses yeux se remplissaient d’images qu’il chérirait pendant les prochaines années. Une jeune femme blonde, de dix ans sa cadette, avec une poitrine parfaitement galbée et une bouche si petite, essayait de le convaincre de la laisser le sucer.

Il cru que le rêve s’arrêtait en même temps que l’eau. Elle ouvrit les yeux et passa sa langue sur ses lèvres. Puis en souriant, elle pose ses mains sur ses hanches, et d’un mouvement souple, s’accroupit devant lui.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s