Sex-friend, et plus si affinités – 17 : La soirée dégénère

Liste des chapitres disponibles

Baiser de femmes

Les filles proposent de faire une pause, mais refusent toujours que j’enlève mon bandeau. J’entends des bruits que je n’identifie pas. Je sens des effleurements autour de moi. Quand on me prend la main, je sursaute. Je sens qu’on me met un verre dans la main, et je souris en trinquant avec les filles.

Être privé de la vue me perturbe énormément. J’ai du mal à savoir ce qu’elles font, excepté quand le geste fait du bruit. J’entends les bruits de verre, je reconnais des froissements de tissu, mais sans savoir d’où ils viennent. On discute tranquillement, mais j’écoute plus que je ne parle : j’ai besoin de toute mon attention pour les écouter. Les savoir à moitié nues à côté de moi a tendance à me déconcentrer.

On reprend la partie : Alexandra commence par Céline, qui choisit action.

– “D’accord, faut nous un strip-tease.”
– “Euh”
– “T’es déjà à moitié nue en plus.”

J’entends des pas, et de la musique emplit la pièce. Les pas reviennent au milieu de la pièce. Une chaise bouge à côté de moi, et je sens une présence juste derrière moi. Quelqu’un s’appuie sur mon épaule. La voix de Sophie murmure à mon oreille :

– “Céline est debout, elle ondule doucement son corps. Elle tourne pour nous montrer ses fesses qui ondulent bien. Elle ouvre sa jupe sur le côté. La jupe glisse et nous dévoile son tanga. Ses fesses sont magnifiques. Il est rouge. Ça met bien en valeur ses fesses. Tu rates vraiment un truc. En plus elle bouge bien en rythme, c’est magnifique. Elle s’est remise face à nous. Ses mains sont sur ses seins. Elles les fait glisser sur ses hanches, attraper l’élastique du tanga pour l’enlever. Et ohhh”

J’attends un instant, mais c’est le silence, Sophie ne parle plus. Malgré la musique, j’entends Sophie déglutir près de moi.

– “Alors, ça donne quoi ?”
– “Elle a fait des efforts dessous, elle est nue. Entièrement épilée. C’est presque indécent tellement on voit tout.”

Je déglutis à mon tour en imaginant la scène décrite. Puis la chanson s’arrête. J’entends des pas, les chaises bougent, et Alexandra brise le silence :

– “Action réussie. Et avec brio. Je meurs de chaud. Céline, à toi de choisir.”

Céline se venge sur le champ, mais Alexandra ne tombe pas dans le piège, et choisit une question.

– “Quelle est la taille du plus grand gode que tu t’es mise dans la chatte ?”

J’entends les bouches bées de Sophie et d’Alex, qui décide de prendre un gage à la place.

– “Sophie, j’ai besoin de Patrice pour mon gage, je peux ?”
– “Fais voir ?”

Je sens un bras passer contre moi, elles se passent le papier tiré du chapeau. Sophie ne dit rien un instant.

– “D’accord, tu peux l’utiliser un petit peu”
– “Merci”
– “Et moi, je peux savoir ? Parce que si je refuse, ton gage sera raté”

Alexandra éclate de rire. Et Sophie m’explique :

– “Tu as pas le choix. Mais promis, tu aimeras, et tu seras récompensé plus tard.”

Je sens une présence devant moi. Qui se rapproche. Je prends une grande inspiration, me demandant ce qui va se passer. Sophie pose sa main sur son épaule. Et Alexandra s’assied sur moi. Je sens ses fesses sur mes cuisses. Ses cheveux effleurent mon visage, je souffle pour m’en débarrasser. Je la sens frissonner contre moi, et se coller à moi. Elle recule doucement, plaquant ses fesses contre mon ventre, caressant ma verge à l’étroit dans mon pantalon sur le chemin. Je me mords les lèvres.

C’est excitant, et ne rien voir ni contrôler ajoute encore plus à mon désir. Je suis presque frustré quand Alexandra se relève, j’aurai voulu qu’elle passe la soirée sur moi, mais elle enchaîne :

– “Sophie, action ou vérité ?”
– “Action.”

Pas une seconde d’hésitation. Mais quand Alexandra lui demande de se déshabiller, elle prétexte que son plâtre rend l’opération difficile, et pioche un gage.

– “Patrice, désolé : tu ne verras rien, et je pourrais pas te raconter, je vais avoir la bouche pleine.”
– “C’est pas juste, je profite pas”

Céline se pose derrière moi, sa tête contre moi, sa poitrine toute chaude contre mon dos. Sa voix me semble enrouée quand elle me parle :

– “Sophie et Alex sont debout, face à face. Sophie s’approche doucement. Leurs seins se touchent, je vois les tétons d’ici. Sophie attrape le visage d’Alexandra et pose sa bouche sur la sienne. Tu rates la pelle du ciel Patrice. J’imagine le ballet de leurs langues…”

Même si je la rate, j’entends un gémissement depuis ma place, et le bruit de bouches qui se séparent.

– “T’embrasses vachement bien Sophie. J’en ai des frissons.”
– “Merci. Pourtant, je pratique rarement.”

Céline intervient:

– “Bon, ça fait longtemps que c’est pas tombé sur Patrice : action ou vérité ?”
– “J’ai les yeux bandés, alors les actions, ça va être difficile”
– “D’accord, on te trouve une action à ta portée. Tu vas déshabiller Alexandra.”
– “Mais j’y vois rien”
– “ Tu peux utiliser tes deux mains et même ta bouche si tu veux.”

Sophie et Céline me prenne chacune la main, et les poses sur les cuisses d’Alexandra qui s’est placée devant moi. Elle fait un pas en avant, pour faciliter mes gestes. Je les remonte doucement, fébrile. Je respire fort. Arrivé à la taille, je relâche le tissu qui est monté avec mes mains, je glisse et je tâtonne sur les côté à la recherche d’une ouverture.

Je ne trouve pas, alors je glisse mes doigts, et je tire un peu, m’assurant que la ceinture de la jupe est élastique. Je l’écarte un peu, et je la fait descendre doucement, mes mains caressant par la même occasion les cuisses nues d’Alex. Je lâche tout, et j’entends le tissu tomber au sol pendant que je garde mes mains sur sa peau. Elle bouge une jambe puis l’autre, et je devine qu’elle a repoussé la jupe plus loin.

Je remonte mes mains doucement sur la peau une qui frissonne sous la caresse. Je tremble moi aussi, et je déglutis quand mes doigts attrape l’élastique de la culotte. Sophie m’arrête :

– “Attends: faut que je te raconte. Elle a une culotte très petite, noire. Avec de la dentelle sur les bords. Le devant est bizarre. Par endroit, il a un effet miroir. Et transparent. A croire que la culotte est mouillée.”

Je n’arrive plus à bouger, et Alexandra ne m’aide pas en répondant :

– “Je confirme.”
– “Je euh… J’ai super chaud.”

Un long moment se passe, mais je suis tétanisé. Savoir qu’Alex est là, prête à se faire déshabiller. Je n’y arrive pas. Des mains se posent sur les miennes, et tirent d’un coup sec vers le bas, me faisant sursauter de surprise, de même qu’Alexandra. La voix de Céline brise le silence :

– “Désolée, c’était trop long, alors je t’aide un peu. Tu rates un ticket de métro magnifique.”
– “Patrice, action réussie.”
– “Par contre, tu peux pas la garder celle là de culotte.”
– “Hein, c’est quoi cette histoire ?”
– “Rien, mais”
– “Chut. Tu viens de faire une action, tu leur parleras de ma culotte un moment où tu seras à vérité”

Je me marre intérieurement, comprenant que Céline m’aide pour mon prochain choix. Ça m’énerve un peu, je comptais jouer avec elle. Mais je tente quand même.

– “Céline, action ou vérité ?”
– “Mais pourquoi moi, je t’aide en plus. Tu mérites pas une action, alors vérité.”
– “Pourquoi tu as quitté Cyril ?”

Le silence est pesant. J’ai l’impression qu’une chape de plomb est tombée. Mais Céline finit par répondre :

– “J’aurai du prendre action.”
– “Si tu ne veux pas répondre, il te reste les gages.”
– “C’est pas drôle les gages.”

Elle respire profondément avant de poursuivre :

– “Je l’ai quitté parce que c’est un con. Il insiste depuis très longtemps pour qu’on fasse un truc, j’ai toujours refusé, mais il revient sans arrêt à la charge. Et sans arrêt, c’est pour à chaque fois qu’on se voit, comme si c’était une idée fixe. En décembre, j’ai pleuré une nuit entière parce qu’il a essayé de me forcer, mais n’a pas réussi.”

Derrière moi, les mains de Céline posées sur mes épaules se crispent un peu.

– “Hier soir, on avait beaucoup bu, et il a essayé à nouveau. Mais là, il a été bourrin, et j’ai pas aimé du tout ce qu’il a voulu faire. Je ne voulais pas qu’il me sodomise, et tant pis pour lui.”

Je sens et j’entends Sophie et Alexandra la réconforter. Elle sèche ses larmes, et j’entends ensuite qu’elle repose son verre sur la table. On reprend la partie sur le champ, comme si tout le monde voulait oublier ça.

– “Sophie, combien d’orgasmes tu as déjà eu la même nuit ?”
– “Orgasmes multiples, tellement proches que j’ai pas pu compter.”
– “Alex, action ou vérité ?”
– “Action, vous posez des questions de plus en plus intimes, je veux pas avoir de gage.”
– “Ok. Patrice à chaud, faudrait le rafraîchir. Déshabille le pour qu’on puisse se rincer l’œil nous aussi.”

Je n’ai pas le temps de dire ouf, une paire de main se pose sur ma taille, se glisse sous mon t-shirt, et le remonte. Vu que je n’ai pas le choix, je lève les bras pour l’aider. Elle attrape ma ceinture, et tire, m’obligeant à me lever. Privé de mes yeux, je titube et tends les mains devant moi pour reprendre mon équilibre. J’effleure sa peau.

– “Il en profite, il essaie de palper tes seins.”
– “Mais non, j’ai failli tomber”
– “En attendant, tombe le bas”

Alexandra n’a pas lâché ma ceinture, et obéit à Céline : elle ouvre ma ceinture, puis déboutonne mon pantalon, et le fait glisser le long de mes jambes. Je l’aide en soulevant mes pieds l’un après l’autre. Je la sens juste devant moi, elle doit s’être accroupie. Sans se relever, elle pose ses mains sur mes chevilles, et remonte doucement, me faisant frissonner. Ses mains attrapent mon boxer, et tire vers le bas.

Mon sexe bandé bloque l’élastique, et j’entends Céline et Sophie pouffer de rire, puis lui conseiller de faire attention à mon entrejambe. Elle pose sa main sur ma verge, à travers le tissu, pour tirer sur le boxer et me libérer d’un seul coup. Je sens quelque chose effleurer mon gland pendant que le tissu glisse le long de mes jambes.

Céline me donne une indication précieuse :

– “Si tu t’approches plus près, tu pourras le manger.”
– “J’avais pas pensé qu’il serait si gros.”
– “Oui, mais ça, ça fait pas partie de l’action. Alors pas touche. Laisse le frustré.”

Le ton de Sophie la trahit, je suis sur que les autres ont compris ce qu’il y a entre nous. Je cache mon sexe derrière mes mains en reprenant ma place assise sur ma chaise.

Sex-friend, et plus si affinités – 18 : Au bout de la nuit

3 réflexions sur “Sex-friend, et plus si affinités – 17 : La soirée dégénère

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s